taxi
Entreprenariat & Commerce Finance & Assurance

Chauffeur de Taxi : comptabilité et fiscalité, ce qu’il faut savoir

Avoir votre licence de taxi et votre carte professionnelle ne suffit pas encore pour prendre la route et conduire des clients. Comme toutes les autres professions, le métier de chauffeur de taxi est soumis à des règles fiscales, juridiques et comptables spécifiques. En effet, on ne peut pas traiter la comptabilité d’un chauffeur de taxi comme celle d’un boulanger ou d’un professionnel du BTP. Découvrez dans cet article ce qu’il faut savoir sur la comptabilité des taxis.

Les différents statuts juridiques du chauffeur de taxi

Un chauffeur de taxi peut exercer son métier de différentes manières, et pour cela il est important qu’il définisse son statut juridique. Trois options sont envisageables :

  • Le statut d’indépendant : celui qui est considéré comme un taxi indépendant loue aussi bien son outil de travail (la voiture) que sa licence professionnelle. Dans ce cas, le chauffeur de taxi doit s’inscrire au Répertoire de Métiers (RM) et tenir une comptabilité. Il doit aussi s’acquitter de façon mensuelle d’un loyer qui comprend l’entretien, la mise à disposition du véhicule, l’autorisation de stationnement et l’assurance. Notez que le prix de la location n’est pas fixé par la loi et peut donc varier selon les régions, mais également selon les formules.
  • Le statut d’artisan : le chauffeur taxi artisan est titulaire de sa propre licence. Pour avoir ce titre, il doit faire une demande d’autorisation de stationnement auprès de la mairie. Il est important de garder à l’esprit que le prix d’acquisition de la licence varie selon les villes. Le statut d’artisan implique également la tenue d’une comptabilité.
  • Le statut de salarié : dans ce cas, le professionnel travaille pour une entreprise de taxi. Le véhicule qui lui est confié est immatriculé au nom de la société de l’employeur. Il est donc tenu de ramener chaque soir la voiture au garage. Le chauffeur salarié perçoit un salaire fixe auquel s’ajoutent les pourboires et 30 % de sa recette. Par ailleurs, il n’est pas tenu d’avoir une comptabilité particulière parce que l’entreprise pour laquelle il travaille s’en charge.

Les obligations à prendre en compte pour réaliser la comptabilité de son taxi

Plusieurs éléments sont à considérer en considération lorsqu’il s’agit de la comptabilité d’un taxi. En effet, le chauffeur de taxi doit prendre en compte ses dépenses : montant de carburant, pièces de rechange, assurance, entretien de la voiture…, car cela lui permettra de calculer de manière périodique ses dépenses, ce qui contribuera à une meilleure gestion de son affaire.

D’autres obligations fiscales doivent également être prises en considération comme le paiement des impôts. Certains professionnels payent aussi des cotisations, des assurances maladie, des assurances de retraite, etc. Mentionnons que ces différents éléments concernent principalement le chauffeur libéral.

Le régime fiscal applicable au chauffeur de taxi

Lorsque vous êtes un chauffeur salarié et que vous percevez une rémunération fixe par un employeur, vous êtes soumis au régime des traitements et salaires. Les charges sociales qui vous sont appliquées sont mentionnées sur la fiche de paie et sont payées par l’employeur.

Lire  Assurance vie : 5 points à connaître avant de vous engager

Par contre, lorsque vous êtes un chauffeur indépendant ou un artisan, vous êtes soumis au régime des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Dans ce cas, deux options s’offrent à vous pour déclarer vos revenus :

  • Le micro BIC : cette option simplifiée est applicable dès lors que vos revenus n’excèdent pas 33 100 €. Avec ce mode, le chauffeur libéral doit payer tous les trimestres ses charges sociales en appliquant un taux de 22 % à son chiffre d’affaires. Ensuite, il paye ses impôts en appliquant un abattement de 50 % de son chiffre d’affaires annuel.
  • Le régime du réel : ce mode est applicable lorsque le seuil des 33 100 € est dépassé. Il est également applicable lorsque le contribuable exerce une option. Si vous êtes dans le régime du réel, il est préférable de faire appel à un cabinet d’expertise comptable afin que celui-ci puisse vous aider à établir votre comptabilité taxi. Il se charge également de transmettre tous les ans un bilan aux impôts. Le régime réel nécessite la tenue d’un certain nombre de registres comptables comme : le livre de journal, le grand livre, les comptes de résultat et des annexes et le bilan annuel.

Même si le micro BIC est une pratique plus simplifiée, l’option la plus avantageuse est le régime du réel. En réalité, il permet de déduire les charges supportées assez lourdes comme les frais de carburant, les charges sociales… Par ailleurs, les annuités d’amortissement tout comme les loyers parviennent au professionnel en déduction du résultat imposable.

La TVA et les chauffeurs de taxi

Depuis 2014, les prestations de service d’un chauffeur de taxi sont soumises à un taux intermédiaire de TVA de 10 %. Cela dit, la TVA facturée par un chauffeur à un professionnel ayant recours à ses services dans le cadre de son activité professionnelle n’est pas déductible parce qu’elle ne concerne que les transports de personnes.

Outre cela, la majorité des dépenses sont imposées à un taux de TVA de 20 % tandis que les recettes le sont à un taux de 10 %. Les chauffeurs de taxi dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 238 000 € sont soumis de plein droit au régime simplifié de TVA.

Ils seront donc amenés à produire une déclaration annuelle dans laquelle ils devront faire la mention de l’ensemble des opérations entrant dans le champ d’application de la taxe effectuée durant l’année d’imposition.

Gestion de la facturation

Comme vous avez pu le noter, plusieurs choses sont à faire dans le cadre de la comptabilité d’un taxi, mais au-delà de leur réalisation, on se rend compte que c’est le temps qui fait défaut au travailleur. Alors, afin de vous faciliter la tâche, vous pouvez vous servir de certains logiciels tels que comptabilité taxi Excel ou le logiciel de comptabilité taxi. Ce faisant, vous pourrez vous concentrer pleinement sur votre activité sans avoir à vous préoccuper de votre comptabilité taxi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *